Faire face aux risques du travail isolé grâce à la mise en place du PTI

Un travailleur dit isolé est une personne qui exécute des tâches professionnelles de manière individuelle dans un espace confiné. Par conséquent, il n’interagit pas avec d’autres intervenants.

Cette isolation peut vite être problématique dans le cas où le travailleur en question fait

face à un incident grave, car il se retrouve sans assistance. Face à un tel risque, une initiative économique et efficace peut être prise par les entreprises : la protection du travailleur isolé.

La protection du travailleur isolé : qu’est-ce que c’est ?

La protection du travailleur isolé est plus connue de nos jours sous le nom de dispositif d’alarmes de travailleur isolé ou DATI. Il s’agit d’un gadget qui permet d’alarmer rapidement les services de secours lorsqu’un travailleur isolé est en danger. De manière précise, cet appareil émet un signal d’alerte qui notifie les personnes chargées des secours.

Pour faire face à de nombreux incidents, la majorité des appareils PTI ou protection de travailleur isolé disposent d’un indice de protection, leur permettant ainsi d’être résistants à l’humidité, à la poussière et même aux chocs. De ce fait, vous pourrez tout de même recevoir une assistance externe, même dans les cas les plus graves.

L’adoption d’une telle méthode permet d’accroître la productivité. En effet, les employés isolés peuvent pleinement se concentrer sur leurs tâches en sachant qu’ils disposent d’un moyen de communication efficace pour appeler de l’aide en cas de pépin. L’entreprise a aussi quelque chose à y gagner, car elle jouit d’une qualité de travail exceptionnelle, à un prix raisonnable.

Dispositif de protection de travailleur isolé : comment est-ce que ça fonctionne ?

Le processus d’activation du DATI est simple : en cas de situation anormale, le dispositif émet un message d’alarme au surveillant le plus proche et ce dernier s’occupe d’appliquer la procédure nécessaire pour appeler les secours. Afin de favoriser une intervention rapide, le message mentionne la position du travailleur isolé en indiquant par exemple ses coordonnées GPS.

Selon la nature des risques d’accident potentiels et l’aptitude du travailleur à déclencher l’alarme, 2 modes opératoires sont disponibles pour notifier les services de secours via un DATI :

  • Une alerte manuelle. Ici, le dispositif est équipé d’un bouton d’alerte qui est facile à atteindre. Quand le travailleur juge qu’il est en sérieuse situation de danger, il peut appuyer dessus pour recevoir une assistance dans les plus brefs délais.
  • Une alerte automatique. Elle s’adresse aux travailleurs qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent pas déclencher l’alarme eux-mêmes en cas de danger. Ainsi, certains appareils PTI ont été paramétrés de telle sorte à ce qu’ils s’activent automatiquement lorsque quelques conditions clés sont respectées. Par exemple, le boîtier peut se déclencher aussitôt qu’il détecte une baisse anormale de la température ou encore une absence de mouvement pendant une durée prolongée.

Le déploiement d’un DATI : quelques règles à respecter

Comprenez que pour qu’un DATI puisse montrer toute son efficacité, sa mise en place ne doit pas être improvisée. En effet, son insertion dans le quotidien du travailleur isolé doit se faire manière précise et réfléchie pour que l’employé concerné puisse travailler dans des conditions confortables. Prenez donc le temps de bien répondre aux questions ci-dessous avant de mettre en place un dispositif PTI :

  • À qui s’adresse spécifiquement l’alarme ?
  • Où travaille la personne isolée ?
  • Quels sont tous les risques présentés par le site pour le travailleur ?
  • Est-il en mesure de déclencher l’alarme ?
  • Quels sont les moyens les plus pratiques pour accéder à son site de travail ?
  • Quels types de secours spécifiques doit-on envisager pour le salarié isolé ?

En fournissant des réponses à ces questions, vous faciliterez grandement la procédure pour organiser les secours en cas d’accidents.

Laisser un commentaire